Société Rélot Frères

LA CARPE

LA CARPE COMMUNE

la carpe

Nom scientifique : Cyprinus carpio (Linné, 1758)
Classe : Poissons 
Famille : Cyprinidés 
Dénomination : Carpeau, carnaucier, grosse feuille,feuille ou seillée (carpe d’1 été), nourrain ou pénerd (carpesde 3 étés), kerpen.

Description

A partir de la souche originelle sauvage, différentes variétés ont été sélectionnées en Europe centrale au cours du 19e siècle sur des critères de vitesse de croissance et de conformation du corps en particulier pour le filetage. Les 3 variétés principalement présentent dans l’ouest de la France sont la commune, la miroir, la cuir

Habitat et comportement

La carpe commune est un poisson typique des cours inférieurs et des milieux lentiques (étangs, bras morts, prairies inondées …). Elle se rencontre également dans les milieux saumâtres (<10g/l de sel) où elle peut effectuer son cycle biologique. Elle se complaît dans les milieux vaseux où la végétation est dense. Elle supporte de faibles concentrations d’oxygène dissous (jusqu’à 0,5 ppm) et préfère les eaux relativement chaudes (entre 15 et 25°C). C’est un poisson grégaire qui s’isole avec l’âge.

Régime alimentaire

La carpe commune est omnivore, planctonophage et benthophage à prédominance carnivore (larves d’insectes, mollusques, crustacés, vers…). Elle ne dédaigne pas les algues, les frais de poissons et les graines.

Les grosses carpes recherchent même des petits poissons, des écrevisses et des moules d’eau dont elles brisent la coquille avec leurs dents pharyngiennes.
La nourriture varie en fonction de l’âge, des saisons et des habitats.

Reproduction

Les carpes communes deviennent mâtures à partir de 2 ans pour les mâles et de 3 ans pour les
femelles. La reproduction naturelle est assez tardive, entre mai et août dans nos régions, car
elle nécessite une température de l’eau supérieure à 18°C. La reproduction des carpes donne
lieu à des manifestations bruyantes.

Le frai se déroule à l’aube, en eau peu profonde et de préférence dans les prairies inondées si elles sont accessibles.

Chaque femelle pond, parfois en plusieurs fois, entre 80 000 et 120 000 œufs par kg. Ces œufs, de 1,5 mm de diamètre, adhèrent à la végétation immergée.
L’incubation dure 5 jours à 20°C. Les alevins, qui mesurent de 5 à 6 mm à l’éclosion, ne se détachent de leur support qu’au bout de 2 à 3 jours. Après la résorption de leur réserve vitelline, les premières proies ingérées sont généralement des rotifères et des microalgues.